Toucher Un Beau Tiercé


Le tiercé est un jeu difficile.

Et beaucoup de turfistes dépensent leur mises dans de mauvais tickets.

Pour jouer au tiercé intelligemment vous devez vous poser deux questions essentielles :

  • Pouvez-vous décemment prédire qui finira à la première, deuxième et troisième place ?
  • Avec les sélections que vous avez, pouvez-vous battre le PMU et son prélèvement exorbitant sur le tiercé ?

Tous les jours, les turfistes tentent autant qu’ils le peuvent, de répondre à la première question.

Mais la plupart ne s’intéressent même pas à la seconde question.

C’est même plus important de savoir combien peut vous rapporter un tiercé que de savoir qui a les plus grandes chances d’arriver dans les tris premiers.

1 – Le Pire Tiercé Que Vous Puissiez Faire

Comment jouer au tiercé intelligemment

Certains professionnels étrangers vont jusqu’à ne jamais parier si ils voient la même que tout les autres joueurs (et pronostiqueurs).

Certains vont même se tenir à l’écart si leurs chevaux font partie des quatre premiers favoris.

C’est extrême et ces gars-là ne jouent pas beaucoup.

En revanche, ça fait sens car quand ils mettent de l’argent sur la table, ils estiment que le tiercé payera très fort.

Et finalement, c’est la valeur qu’ils cherchent, et pas à être le meilleur pronostiqueur.

Après tout, si vos chevaux sont les mêmes que ceux des tous les turfistes de France, à quoi bon parier ?

Ce qu’il faut voir c’est la rentabilité, non pas sur un jour ou deux, mis sur une année entière.

Et le pire tiercé que vous puissiez faire c’est un combiné des 3 premiers favoris.

Aux Etats-Unis, il y a plusieurs années, une étude a été faite par Jim Cramer sur plus de 140.000 tiercés.

Cette étude a montré qu’en combinant les 3 premiers favoris en tiercé, vous arriviez à une réussite d’à peine 10% et une perte totale de 37% (pour 1 euros de mise vous perdez 37 centimes)

Mais d’autres dangers vous guettent…

Pour les esprits les plus aventureux, il y a pire :

Si vous faites un combiné avec les septième, huitième et neuvième favoris, vous perdez 67% de vos mises…

Le problème avec le tiercé, c’est que la réussite est si faible, et ce quelle que soit vos sélections, qu’une étude sur 5000 tiercés est presque inutile tellement les écarts sont énormes.

Le bon sens de ces statistiques, même si elles sont américaines, s’applique également au pari mutuel français.

2 – La Structure d’Un Tiercé Gagnant

Après avoir dit tout ça, il paraît évident pour le turfiste qu’il doit se concentrer avant tout sur la structure de son ticket que sur les chevaux.

Même si c’est complètement contre-intuitif.

La plupart des turfistes (et vous en faîtes sans doute partie) se concentrent sur les chevaux.

Les favoris, les secondes chances et les outsiders.

Mais à quelle place mettre ces chevaux ?

C’est ça structurer son ticket.

Et jouer les chevaux évidents, ceux que tout le monde voit, ça ne suffira pas à vous faire gagner de l’argent au tiercé.

De manière générale, l’un des deux premiers favoris doit être écarté de vos tickets si vous souhaitez prendre de l’argent au tiercé.

Pourquoi ?

Le favori est sur les deux tiers de tous les tiercés. Et le second favori sera présent dans la moitié des tickets.

Si ils arrivent tous les deux, il est clair que vous prendrez peu de valeur.

Mais si l’un des deux premiers favoris n’arrive pas (c’est ce qu’il se passe la plupart du temps en plus), vous jouerez au moins contre la majorité des turfiste.

Et c’est une excellente chose au pari mutuel je le rappelle.

Exemple d'un tiercé gagnant
Sur les 12 permutations les plus jouées, 10 contiennent les deux premiers favoris : à ne surtout pas suivre…

Je vais vous donner quatre points importants que vous devez toujours avoir en tête au moment de faire vos tickets tiercé.

3 – Ne Mettez Pas Le Favori En Troisième Position

Si le premier favori gagne la course environ 1 fois sur 3, sa réussite à la troisième place n’est même pas de 15%. Toujours selon l’étude de Jim Cramer sur les tiercés.

Réservez donc vos mises pour d’autres chevaux à cette position.

Si vraiment vous souhaitez inclure le favori dans vos tickets (parce qu’il vraiment solide dans cette course) jouez-le en base à la première ou la seconde place.

« Et si il arrive troisième ? » La réussite ne sera pas bonne et le rendement encore moins donc laissez tomber.

De manière générale, évitez les combinés en faisant tourner toutes vos sélections dans tous les ordres.

A long terme, vous ne serez jamais rentable.

4 – Évitez Les Chevaux Qui n’Ont Aucune Chance

Ce que je vous dit là, vous paraît sans doute évident.

Mais combien de tickets sont mis à la poubelle avec des chevaux à 2/1 ou moins qui n’ont pas fait leur valeur ou qui se sont mis au galop (pour les trotteurs) ?

Attention, je ne dis qu’il ne faut pas jouer ces chevaux.

Mais si vous jouez des courses « évidentes » avec les deux premiers qui paraissent avant le coup solides…

…et que vous les incluez tous les deux dans vos tickets…

…comme tous les tickets de 90% des turfistes…

vous serez perdant à coup sûr.

Donc, si en faisant le papier, vous ne pouvez vraiment pas écarter au moins un des deux premiers favoris, ne jouez pas.

Même chose pour les tocards qui n’ont aucune chance.

Aucune chance c’est quoi ?

Le cheval monte nettement de catégorie (l’entraîneur se laisse tenté…).

Le cheval a montré une méforme récente. Regardez précisément les dernières courses.

Le cheval est très clairement en début de préparation d’un objectif.

Le cheval ne court pas du tout sur a distance de prédilection ou sur son terrain favori (valable sur les courses de plat sur terrain lourd ou PSF par exemple).

Bref, ces chevaux vous feront perdre de la rentabilité sur le long terme.

5 – N’éliminez Pas Les Chevaux Qui Ne Peuvent Pas Gagner

Vous le savez sans doute mais dans une course tous les entraîneurs ne viennent pas pour gagner.

Certains savent qu’ils peuvent gagner (même si ils disent « viser les places ») et d’autre viennent clairement pour prendre de l’argent et viser une troisième ou quatrième place.

Certains chevaux viennent pour les places, ne les éliminez pas sous peine de passer de nombreuses fois à côté de beaux tiercés gagnants.

Et c’est valable surtout pour la seconde et la troisième place.

6 – Moins Vous Misez, Plus Vous Etes Rentable

Un tiercé peut vite coûter très cher.

Un tiercé avec une base en première position et sept autres chevaux en seconde et troisième position, vous coûtera 42 euros.

Le même ticket avec 3 chevaux de plus vous coûtera 90€.

Si vous le pouvez, réservez vos bases pour la gagne, c’est-à-dire la première position.

Ces bases peuvent être le second et le troisième favori ou le second et la quatrième favori. Le favori doit être « prenable » sinon vous passez la course.

Si vous avez trop de chevaux qui peuvent faire l’arrivée, laissez la course de côté et gardez vos sous pour un tiercé bien plus intéressant.

Si vous arrivez à rester dans des tickets à 30 ou 40 euros vous serez pas mal.

N’oubliez pas que votre objectif numéro 1 est d’évincer le favori.

Vous DEVEZ faire ce travail si vous voulez prendre de beaux tiercés.

Avant le coup, c’est toujours difficile pour nous les turfistes, d’imaginer que le favori ne fera pas l’arrivée.

C’est pourtant dans ces moments que vous ferez la différence avec les autres.

(J’en parle également dans cette vidéo)

Le tiercé est jeu vraiment difficile et assez décourageant.

Mais si vous au tiercé intelligemment…

…avec stratégie et discipline…

dans des courses où le favori est faible

…et que vous ne mettez n’importe quel chevreuil dans vos tickets…

…alors votre travail paiera à coup sûr.

Peut-être pas tout de suite, mais à terme vous serez gagnant.

Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur comment jouer au tiercé (intelligemment) j’ai fait une vidéo complémentaire ici.

Article Récent