Le Favori du Quinté est-il une bonne Base ?


Faux Favori du Quinté

Plus qu’une heure avant le départ du Quinté du Jour.

Vous commencez votre papier en regardant qui est le favori du jour dans cette course.

La première de toutes les questions que vous allez vous poser pour tenter d’y voir plus clair c’est : 

Le Favori du Quinté est-il fiable ? 

C’est la question centrale que doit se poser tout turfiste avant d’analyser une course, Quinté ou pas.

Nous allons voir ensemble quatre critères qui peuvent mettre en évidence un favori peu fiable.

Sachant que cette liste reste évidemment non-exhaustive.

On y va !

1 – Critère n°1 : L’entraîneur

Pour commencer votre analyse du favori, vous devez scruter dans l’historique de l’entraîneur.

Notamment sa réussite en simple gagnant.

Les entraîneurs dont le pourcentage de réussite en Simple Gagnant (sur au moins 20 courses) est de 6% ou moins doivent immédiatement attirer votre attention.

Jouer un cheval de cet entraîneur, qui gagne très peu, voudrait dire qu’il faudrait au minimum une cote de 14 ou 15/1 pour commencer à être rentable ou breakeven.

C’est donc un mauvais pari si ce cheval part favori.

Attention, un entraîneur à faible réussite “peut” avoir préparé son cheval “aux petits oignons” pour gagner sa course. 

Mais, de manière générale, ce type de favori avec ce premier critère doit vous mettre la puce à l’oreille.

Autre chose concernant ce critère :

Un entraîneur dont la réussite est très moyenne – disons 10-12% – peut avoir une réussite encore plus faible selon les conditions de course : courses sur gazon, courses à réclamer, course de groupe, course de rentrée, etc.

Vous devriez examiner de plus près les résultats de l’entraîneur, au-delà de sa réussite globale, selon la typologie de la course du jour.

2 – Critère n°2 : Le Jockey/Driver

Pour la réussite du jockey, si la barre des 5% de réussite à la gagne (sur au moins 50 courses)  est franchie par le bas, alors vous tenez un favori du Quinté peu fiable.

Vous le savez, l’entente entre un cheval et son jockey est primordiale !

Ont-ils déjà couru ensemble ? Ont-ils déjà bien fait ensemble ?

Le jockey/driver est-il expérimenté ? Est-il un habitué de cette piste ? Etc.

N’hésitez pas regarder uniquement les bonnes configurations entre le jockey et le cheval.

3 – Critères n°3 : Les Capacités Du Cheval

La GRANDE question à vous poser sur le cheval favori :

Peut-on s’attendre à ce que ce cheval soit suffisamment performant pour mériter le statut de favori dans le Quinté du jour ?  

Je vous rappelle que le favori gagne environ 30% des courses.

Donc statistiquement, la réponse à cette question est NON.

Mais, vous savez bien que c’est trop simpliste de dire ça.

Ce que vous devez chercher pour détecter un mauvais favori, c’est son manque de preuves.

A-t-il déjà couru dans cette catégorie ?

A-t’il déjà couru et surtout, a-t’il déjà bien fait, sur cette piste ? Sur la distance ? Sur le tracé ? A cette période de l’année ?

Si ce cheval n’a aucune preuve dans son “dossier”, comment pourrait-il alors être considéré comme un favori légitime ?

C’est tout bête mais posez-vous ces questions.

Une autre question vient derrière : 

Que faire si ce sont tous les autres chevaux sont dans la situation du favori ? C’est-à-dire peu fiables ?

A ce moment-là vous êtes en face d’une course « chaotique », difficile à cerner et à prévoir.  

Dans ce genre de course où chaque coureur est faible, le favori du Quinté devient un excellent candidat contre lequel vous pouvez parier, à condition :

  • qu’il soit irrégulier dans cette catégorie, avec un taux de réussite à la gagne de 8 ou 9% voire moins, ou qu’il n’ait pas gagné lors de ses 6 ou 7 dernières courses,
  • qu’il soit entraîné ou monté par un jockey mentionné plus haut,
  • qu’il vienne de gagner sa dernière course alors qu’il n’était pas favori sans monter de catégorie dans le Quinté du jour

Autre chose :

Un cheval peut être favori parce qu’il a déjà gagné des courses d’un niveau supérieur. Selon les experts et, du coup, les turfistes, ce cheval reste la meilleure chance de la course car c’est le cheval de classe de la course.

La première chose à vérifier est l’état de préparation du cheval.

A-t-il été préparé pour cette épreuve ou ce n’est qu’un palier de plus à franchir pour atteindre son pic de forme ?

Un cheval, même s’il rentre après 6 mois d’absence, peut avoir été préparé pour cette course.

Vérifiez son historique, voir si le cas s’est déjà présenté avant.

Si vous n’avez pas assez d’historique, regardez comment travaille l’entraîneur.

Est-il un adepte des “rentrées gagnantes” ?

Certains entraîneurs préfèrent que leurs chevaux montent en puissance tranquillement après une longue interruption.

D’autres savent préparer leurs chevaux pour la première course de rentrée. Vérifiez ce critère important.

4 – Critère n°4 : Les Facteurs Complémentaires

Soyez sceptique face à un cheval qui fait toutes ses bonnes courses sur un hippodrome particulier, et qui court aujourd’hui sur une autre piste.

A-t-il déjà bien fait sur cette piste ? Pourquoi l’entraîneur n’attend pas de faire courir son cheval sur sa piste de prédilection ?

Même chose pour un cheval qui descend de catégorie MAIS qui n’a rien montré de probant lors de ses dernières courses. Pourquoi ça irait aujourd’hui (même s’il descend de catégorie) face à des chevaux moins forts mais plus affûtés ?

Un autre facteur à prendre en compte : 

Un favori plus âgé tente de pour la première fois de passer un cap dans une catégorie supérieure.

Pourquoi n’a-t-il pas essayé une catégorie supérieure lorsqu’il était plus jeune ?

Face aux jeunes chevaux d’une catégorie supérieure, ces chevaux favoris sont souvent battus.

Exigez du favori des PREUVES tangibles pour pouvoir en faire une bonne base.

Sinon jouez contre lui !

Les questions de rythme de course sont trop complexes pour être abordées en détail ici, mais voici deux réflexions :

  • Considérez comme favori faible, le cheval qui est allé en tête pour imposer un rythme lent lors de sa dernière course – surtout si dans la course du jour il est susceptible d’être confronté à un rythme plus rapide au début et/ou d’avoir des chevaux qui aiment aller devant.
  • Considérez comme favori faible les “finisseurs” qui ont besoin d’un rythme sélectif pour s’exprimer. Ce sont les chevaux qui aiment rester cachés au sein du peloton voire à l’arrière. Puis il progressent pour placer leur pointe dans les derniers hectomètres.

Le plus souvent, ils échouent pour gagner la course.   

Ils sont à la merci du rythme de la course, surtout si la course est bloquée devant par un cheval qui fait son train.

En revanche, ces chevaux sont souvent dans les trois premiers.


Alors, travaillez avec ces critères d’analyse, et tous ceux que vous avez déjà qui rendent un favori du Quinté particulièrement vulnérable. 

Trouver un moyen de quantifier votre approche.

Transformez-la en un processus dont les résultats peuvent être vérifiés et appliqués de manière cohérente.  

Si vous faites cela, et que vous ne pariez que sur des courses où vous avez identifié un faux favori potentiel, vous vous distinguerez de la grande majorité des turfistes et prendre vos gains régulièrement.

Après cette lecture, j’espère que vous verrez le potentiel énorme à parier UNIQUEMENT dans les courses où le favori est très vulnérable.

Ces courses dans lesquelles les chevaux qui viennent juste derrière sont en général des paris de bonne valeur.

Pensez-y.

Article Récent